Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 09:51

 

 
273.000 CUI seront débloqués au 2e semestre. De quoi faire baisser artificiellement les chiffres d'ici les élections !

Pensant que la crise était derrière nous, le gouvernement n'en avait tout d'abord programmé que 390.000 (contre 520.000 en 2010), mais la persistance des mauvais chiffres du chômage l'a conduit à changer de braquet. Au final, en 2011, on approchera du volume de l'année dernière : 440.000 contrats aidés financés par l'Etat, au total 500.000 en comptant ceux cofinancés par les Conseils généraux.

La circulaire DGEFP du 30 juin 2011 précise les objectifs et cibles pour le second semestre : 236.000 contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE, secteur non marchand) et 37.000 contrats initiative-emploi (CIE, secteur marchand), nous dévoile Localtis. Soit une botte de 273.000 emplois aidés qui tombe à pic non seulement pour sauver l'honneur de Xavier Bertrand mais aussi améliorer les chances du candidat de l'UMP, cette réserve permettant d'obtenir un effet maximum sur les statistiques du chômage au printemps 2012.

Des contrats qui aident les employeurs, pas les chômeurs

Ils s'adressent toujours aux mêmes publics : chômeurs de longue durée, "seniors" ou jeunes connaissant des difficultés particulières d'accès à l'emploi, résidents des quartiers prioritaires de la politique de la ville, allocataires de minima sociaux et travailleurs handicapés. Parqués en catégorie E, les signataires de ces misérables contrats (dont les durées moyennes sont de 9 mois et 22 heures/hebdo payées au Smic) échapperont aux chiffres officiels des «demandeurs d'emploi tenus d'accomplir des actes positifs de recherche» bêtement régurgités par les JT.

On ajoutera que les CUI doivent être obligatoirement assortis d’«actions de formation» en lien avec «la réalisation du projet professionnel» des intéressés afin de favoriser leur réinsertion dans l'emploi. Mais dans plus de 60% des cas, l'engagement n'est pas respecté.

En réalité, ces CUI sont une aubaine pour les employeurs : le taux moyen de prise en charge est de 70%, celui des CAE cofinancés peut être porté à 80%, tandis que celui des ateliers et chantiers d'insertion (ACI) s'élève à 105%. Le chômeur, lui, n'y gagne quasiment rien.

Des contrats qui aident… le gouvernement

S'ils coûtent cher à l'Etat (2,5 milliards à l'année) et que leurs performances en matière de réinsertion professionnelle sont faibles (taux d'insertion dans le non marchand : 40% seulement), leur intérêt statistique est, lui, avéré. C'est donc sur ce pis-aller systématique — la quantité primant sur la qualité — que Nicolas Sarkozy achèvera son mandat, en espérant que l'apparente amélioration des chiffres du chômage trompera les électeurs qui doutent, à juste titre, de l'efficacité de son bilan.

Et quand Valérie Pécresse annonce que «le gouvernement va accélérer la mise en place des mesures de son dernier plan emploi pour atteindre son objectif de ramener le chômage sous 9% de la population active d'ici à la fin de l'année», il y a encore tromperie puisque la rétention des contrats aidés visant à retarder, donc optimiser leur effet statistique, a sciemment été planifiée.

SH

A (re)lire :

Ces contrats aidés qui servent mal l'emploi
Coûteux, complexes et peu efficaces en termes d'insertion professionnelle, ils restent l'arme antichômage préférée des politiques français. Un bilan de 5 pages paru en 2006 dans L'Expansion, toujours d'actualité...

400.000 contrats aidés par an : Pour qui, pourquoi, comment ?
Le tour d'horizon de la CGT-Chômeurs...

Partager cet article

Repost 0
Published by ACTU Chômage - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

straight 30/01/2012 14:23

Ces contrats restent une bonne chose pour les DE de longue durée, qui sans ces contrats n'auraient aucune chance de pouvoir rebosser !

STOP RADIATIONS

       

Recherche

ENSEMBLE CONTRE LES EXCLUSIONS

LOCAL: Lieu d’Organisation des Chômeurs et Actifs en Lutte

Ouvert du lundi au vendredi de 10H à 15H

41 avenue du 8 Mai 45 95200 SARCELLES

 

Accueillir, dialoguer

Une grande salle, du café, du thé : un espace convivial pour les chômeurs, les précaires, les exclus 

 

Informer, orienter

Connaissance des droits, journaux, brochures spécialisées, adresses utiles, contacts avec les différentes institutions…

 

Aider

Téléphone, rédaction CV, lettre motivation, courriers, …  recherche d’emploi sur Internet

 

Discuter, sortir de l’isolement

Réflexions sur les causes de l’exclusion, Elaboration de propositions pour changer de logique

 

Agir ensemble

Informer, participer aux luttes contre le chômage, l’exclusion, les inégalités…