Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 00:00

Chômeurs en fin de droits: la pression monte, les regards braqués sur l'Etat

[ 05/02/10  - 16H08 -  les echos  ]


Syndicats et patronat ont repris vendredi leurs discussions sur le million de chômeurs en fin de droits attendus cette année, chacun y allant de sa proposition de prise en charge, y compris financière, et tous en appelant à l'Etat pour répondre à l'urgence.


"Il faut qu'on avance rapidement", a déclaré Gabrielle Simon (CFTC), tandis que Gaby Bonnand (CFDT), président de l'Unedic, a espéré "pousser à ce que les partenaires sociaux demandent ensemble à l'Etat la prise en charge de davantage de personnes".


Bien que la réunion ne soit qu'un groupe de travail, l'ensemble des organisations avaient délégué leur principal négociateur, preuve que "c'est politique", ont souligné CGT et CFTC.


Le sujet sera abordé lors du sommet social du 15 février à l'Elysée, alors que le Haut commissaire aux solidarités actives Martin Hirsch laisse entendre que l'Etat aurait encore "trois-quatre mois" devant lui pour détecter "les cas dans lesquels il faut faire plus".


Les regards syndicaux étaient aussi braqués vendredi sur le patronat. "On va voir s'il fait un effort en mettant de l'argent de l'assurance chômage à disposition", ont indiqué Stéphane Lardy (FO) et Maurad Rabhi (CGT).
L'objectif est aussi "d'être plus précis dans les publics à cibler" (FO). "On est parti d'un million et bientôt on va nous dire que c'est un faux problème", a jugé M. Rabhi.


La faiblesse de la reprise limite les possibilités de retrouver du travail et un million de demandeurs d'emploi arriveront au bout de leurs allocations chômage en 2010 (+18% comparé à 2009) selon Pôle emploi.

Quelque 400.000 d'entre eux pourraient se retrouver sans revenu de remplacement, 600.000 selon des syndicats.


Tous les chômeurs en fin de droits n'ont pas droit à l'ASS (Allocation spécifique de solidarité) ou au RSA, accordés par l'Etat en fonction de différents critères, comme le niveau de revenus du foyer, et le fait d'avoir travaillé cinq ans dans les dix dernières années. Cette année, 170.000 percevraient l'ASS et 220.000 le RSA, selon Pôle emploi.


Jusqu'à présent, le Medef estime que ce dossier "extrêmement sensible" relève de "la compétence exclusive du gouvernement".


Appelant à des "solutions financières ponctuelles qui relèvent de la solidarité nationale", la CGPME a aussi proposé que l'embauche d'un chômeur en fin de droits soit exonérée de cotisations patronales pendant un an pour favoriser le retour à l'emploi des chômeurs de longue durée.


Si plusieurs syndicats réclament une prolongation de l'indemnisation chômage des fins de droits, ce qui coûterait 1,342 milliard d'euros pour trois mois dégressifs, ils réclament aussi que l'Etat assouplisse l'accès à l'ASS, un effort allant jusqu'à un milliard d'euros pour une année, selon la CFDT.


FO, CGT et CFTC réclament aussi une surcotisation chômage des entreprises recourant massivement à l'intérim et aux CDD.


Et la CFTC propose temporairement que deux ou trois mois avant la fin des droits, les demandeurs d'emploi soient orientés vers des offres disponibles et formés au préalable, sur le modèle du reclassement mis en place pour certains licenciés économiques.


La CFE-CGC veut revoir les services proposés par Pôle emploi et puiser dans le Fonds d'investissement social (Fiso) qui "peut servir à quelque chose".


Au-delà, la CFDT comme FO sont d'accord pour que "l'Unedic puisse prendre sur ses fonds une partie du coût supplémentaire", mais "il faut que l'Etat mette la main à la poche", a indiqué M. Bonnand, dont la confédération propose que les mesures soient en partie financées par la suppression du bouclier fiscal et la création d?une tranche supplémentaire d?impôt pour les hauts revenus.

Par Isabelle CORTES et Claudine RENAUD

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Echos - dans Emploi
commenter cet article

commentaires

STOP RADIATIONS

       

Recherche

ENSEMBLE CONTRE LES EXCLUSIONS

LOCAL: Lieu d’Organisation des Chômeurs et Actifs en Lutte

Ouvert du lundi au vendredi de 10H à 15H

41 avenue du 8 Mai 45 95200 SARCELLES

 

Accueillir, dialoguer

Une grande salle, du café, du thé : un espace convivial pour les chômeurs, les précaires, les exclus 

 

Informer, orienter

Connaissance des droits, journaux, brochures spécialisées, adresses utiles, contacts avec les différentes institutions…

 

Aider

Téléphone, rédaction CV, lettre motivation, courriers, …  recherche d’emploi sur Internet

 

Discuter, sortir de l’isolement

Réflexions sur les causes de l’exclusion, Elaboration de propositions pour changer de logique

 

Agir ensemble

Informer, participer aux luttes contre le chômage, l’exclusion, les inégalités…